REGAR Gestion Financière

Experts en Gestion des Actifs pour la Retraite

Nouvelles

Accueil  /  Nouvelles  /  Yvan Boisvert - Portrait d'un gestionnaire de valeurs et secrets d'une reussite

 

Yvan Boisvert - Portrait d'un gestionnaire de valeurs et secrets d'une reussite

Par Robert Filion - 12 juillet 2012 - Journal chefs d'entreprises

Yvan Boisvert est président d'un centre SFL, divisions de Québec et de Trois-Rivières, partenaire de Desjardins Sécurité Financière ainsi que président de R.E.G.A.R. Gestion Privée. Cette année, il quittera la direction du centre SFL en vendant une majorité de ses actions.

Prévue depuis cinq ans, cette décision arrive à la suite de progressions importantes du chiffre d'affaires du centre, plus de 45 % en 2011, et à une reconnaissance qui en a fait, à trois reprises depuis cinq ans, le premier groupe au Canada pour ses performances. Une transaction qui devrait lui permettre de se consacrer encore et davantage à deux autres sociétés auxquelles il est associée, soit : R.E.G.A.R. Gestion Privée et R.E.G.A.R. Gestion Financière. Secrets d'une réussite.

L'Homme a 52 ans, fait plus de six pieds, facilement souriant et avenant. Mais, ce qui le caractérise avant tout, ce sont ses valeurs, nous sommes devant un homme de valeur. Oubliez le jeu de mot facile, nous évoquons ici des principes d'humanité, à mille lieues de ce que l'on attribue généralement au monde de la finance, des convictions muries au fil du temps et qui, indiscutablement, expliquent ses succès en affaires. Le talent disent les artistes, c'est fait de 90% de travail et d'engagements envers ce que l'on fait; un principe qui s'applique également à Yvan Boisvert car le travail, ou les heures n'ont pas été comptées, explique lui aussi et sans aucun doute ces succès. Mais, lorsque nous parlons d'organisation, d'équipe, le travail d'un seul ne suffit plus, nous devons alors penser esprit d'équipe, motivation et valeurs partagées.

Vers une comprehension de l'autre
« Au debut de ma carrière, pour moi, vendre c'etait d'abord comprendre l'autre, c'est-à-dire répondre à un besoin, à ses besoins, raconte Yvan Boisvert. Puis avec le temps, cette idée a évolué vers une comprehension plus profonde des désirs et des préoccupations réelles et vraies des autres.

Aujourd'hui, je dirais et je crois d'abord qu'il faut se préoccuper des croyances des autres. Tout particulierement de celles de ses collaborateurs et collaboratrices, car c'est en équipe que l'on connait les vrais succès. En comprenant les croyances de ceux et celles qui nous entourent, leurs desirs et leurs motivations profondes, nous pouvons les amener à se responsabiliser, à se dépasser. donner le meilleur d'eux-memes.

Partir de nos ressources internes
« Une de mes convictions personnelles est que nous devons developper nos organisations à partir de nos ressources internes. Lorsqu'une organisation recrute ses dirigeants à l'externe, elle envoie un message paradoxal aux gens de l'interne. Vaut mieux, selon moi, miser sur ceux et celles qui nous entourent, les responsabiliser et les habiliter que de croire à un éventuel sauveur ou héros venu d'ailleurs.

Bref, si je crois toujours que pour réussir, nous devons travailler beaucoup, je crois encore plus profondement que nous devons également réflechir beaucoup. Et cela doit se faire avec toute l'équipe de collaborateurs et de collaboratrices qui nous entourent. >>

D'abord de la modestie
RF :
« Plusieurs patrons s'y sont essayés et ont souvent rencontré de fortes résistances et souvent au sein meme de leur organisation?

Yvan Boisvert : « II ne s'agit pas d'être volontariste, contre les autres, ou pire, d'utiliser un nouveau truc pour manipuler les uns et les autres. II ne s'agit pas de se montrer faussement attentif dans un but intéressé. Au contraire, il faut être vrai, profondement vrai, cela commande d'abord et principalement de la modestie, car il taut d'abord croire aux forces de l'autre et aux capacités de chacun de nos collaborateurs et collaboratrices. Personnellement. j'ai toujours eu un consultant pour me conseiller et éclairer mes pensées, j'ai toujours eu quelqu'un d'autre pour me guider. Si aujourd'hui je peux quitter le Groupe SFL en toute confiance et sans qu'il y ait une commotion à l'interne, sans que cela désorganise notre entreprise, c'est parce que j'ai fait en sorte d'agir et de poser des gestes pour ne plus être indispensable.

Si R.E.G.A.R. Gestion Privée est classée gestionnaire de premier quartile, et ce, depuis bientôt quinze ans, noté gestionnaire dans le premier quart superieur quant à ses performances et ses rendements, c'est sans aucun doute parce qu'une équipe d'exception à bien voulu se donner des habilités exceptionnelles. Je veux signifier par là que les grandes performances, celles qui sont notables, seront toujours celles d'une grande équipe et non pas d'une seule personne.»

Se preoccuper des autres
Yvan Boisvert : « Le developpement de mon organisation repose donc sur cette philosophie moins centrée sur l'argent que sur la qualité de vie des personnes. Si je désire prendre soin de moi, je dois me préoccuper de la qualité de vie de ceux qui mentourent. Une organisation se développe en se fixant des objectifs précis et pas seulement des objectifs financiers, mais d'abord et surtout, par une vision claire et partagée, un fort désir d'accomplissement, encore une fois une vision partagée dans la reflexion avec les associés, les collaborateurs et les collaboratrices

Yvan Boisvert, président d'un centre SFL

Nouvelles